Jean-Pierre LESIEUR Poète Revuiste

http://theblogofgab.blogspot.fr/2016/02/fabrication-de-la-revue-comme-en-poesie.html
Fabrication de la revue Comme en Poésie
http://theblogofgab.blogspot.fr/2015/11/bombardements-soudain-lexplosion-un.html Poèmes divers

http://theblogofgab.blogspot.fr/2016/04/jean-pierre-lesieur-par-roland-nadaus.html

Biographie:

Poète à cheval sur deux siècles né en 1935. Animateur de la revue Le puits de l'ermite (1965-1974) concepteur et directeur de la revue Le Pilon (1976-1983) concepteur et directeur de la revue Comme en poésie (2000-?).
Poète engagé dans la lutte ouvrière, apprenti en usine, puis instituteur, son écriture va vers les gens simples : Suzette, Petit plus, Zébane Fanfreluche. Manie le verbe et l'auto-dérision. Son Manuel de survie pour un adulte inadapté ainsi que l'O.S de lettres ont été réédités plusieurs fois. Il s'engage alors sur le chemin de l'artisan-poète en fabriquant lui-même ses livres de poèmes, garant de sa liberté totale marquant par là son autonomie intégrale de créateur. Faits divers, Hossegor-sur-lac, Triple A, Saga des pronoms il/elle, Minute Papillon, Suzette, (réédition illustrée par Claudine Goux) sont tous créés sous le label Comme en poésie, maison d'édition adjointe à la revue Comme en poésie, qui possède en certain renom dans les milieux poétiques.
Une collection originale, Théâtre/poésie, poèmes plus courtes scènes a déjà deux titres : Faits divers, et Les portes, un autre doit suivre Les poètes.
La poésie de Jean-Pierre Lesieur est très accessible et devrait plaire à tous, enfants comme adultes, initiés comme néophytes, sans être bêtifiante.
On peut commencer en s'abonnant à sa revue Comme en poésie.



Marché de la Poésie Paris 11/15 Juin 2014
(photo nancy.aspect.editions)


Marché de la Poésie 10/14 Juin 2015
(Photo Eric Dubois)


Salon de la Revue Paris 2015
(Photo C.Brégaint)


Salon du Livre Hossegor 2016
(Photo Marguerite Dommange)

http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-107738.html
Jean-Pierre LESIEUR
Les REVUES


Vous avez dit revue de poésie.
Fabriquer une revue de poésie ce n’est pas faire la manche comme un SDF au coin du boulevard du crépuscule. Vous en êtes d’accord, j’espère. Ce n’est pas non plus s’en mettre plein les poches ou de côté pour les jours sombres. Moins encore devenir célèbre. Pourquoi alors quelques fondus/cinglés continuent, contre vents et marées, dettes et engueulades, faillites et déménagements à la cloche de bois, de se dévouer corps et âmes à la revue de poésie. Par amour ou par haine de quelque chose de plus fort qu’eux qu’ils sont incapables de définir. POESIE.
ALORS si vous aimez lire de la poésie, si vous avez du mal à la trouver dans les librairies, si vous en écrivez ou rêvez d’en écrire, si vous voulez seulement un bon moment du perdre pied intellectuel, ABONNEZ-vous !!! Sinon ne venez pas vous plaindre que la poésie se meurt.
Comme en poésie 2149 avenue du tour du lac 40150 Hossegor abt 1 an 15€

http://comme.en.poesie.over-blog.com/

http://comme.en.poesie.over-blog.com/tag/informations/

http://pierresel.typepad.fr/la-pierre-et-le-sel/2013/12/revue-comme-en-po%C3%A9sie.html


Comme en poésie depuis 2000




18/12/2009 Comme en poésie a 10 ans



Les années Pilon (1976-1982)
Le pilon 1

Le Puits de l'Ermite
1965-1979 - jusqu'au n°26 (1975)

UN REVUISTE DE GRAND FOND
J'ai beaucoup servi la poésie et elle s'est beaucoup servie de moi. Dans les années 1970 j'étais membre d'un comité de rédaction d'une revue créée par un groupe de poètes, (Guy Malouvier, Jean Chatard, robert Momeux, Guy Dubeau, Michel Héroult, Christine Razanajao entre autres) sous une forme coopérative,chacun cotisant mensuellement pour payer la revue qui avait pour titre Le puits de l'ermite qui publia de nombreux poètes connus ou inconnus. Après une trentaine de numéros dans les années 80 je m'attelais seul à construire une autre revue Le Pilon en la fabricant entièrement à la presse à épreuve. J'y ai publié, aussi un grand nombre de poètes connus ou inconnus. 28 numéros plus tard je cessais la parution et il fallut attendre l'an 2000 pour que je m'attelle à publier une autre revue qui existe encore de nos jours Comme en poésie, toujours sur le principe de l'artisan qui fabrique lui-même la revue, et qui en est au 57 ème numéro. Entre temps je me suis équipé de machines plus modernes pour me faciliter le travail.
C'est dire que j'ai vu passer entre mes mains des centaines, peut être des milliers de poèmes, de poètes contemporains qu'il m'a fallu lire, choisir et éditer.
Toujours en franc-tireur de la poésie libre de toute contrainte que mon bon plaisir.
UN REVUISTE DE GRAND FOND
PS.) Pour le Pilon et comme en poésie je peux encore fournir tous les numéros, si vous aimez la poésie cela ne peut pas vous laisser indifférent.
A bon entendeur salut!

Orgueil des revues
 http://comme.en.poesie.over-blog.com/2014/10/lettre-d-un-revuiste-a-un-poete-en-quete-de-publication.html
Lettre d'un revuiste à un poète en quête de publication
******************
Nouveauté :
 2016

In Analectes de poésie mondiale

 "Ma muse s'amuse" est enfin parue aux éditions GROS TEXTES. 80 pages format 14x21. Est-ce poésie? Est-ce autre chose, un OVNI dans le monde des lettres. Inclassable c'est certain. Tous les artistes ont eu au moins une muse et s'ils veulent la voir s'amuser, ils se doivent de lire ce bréviaire.
Jean-Pierre Lesieur vous le dédicacera avec plaisir.
10€ +port 2€,  à comme en poésie 2149 av. du tour du lac 40150 Hossegor ou Paypal : j.lesieur@orange.fr.


https://sites.google.com/site/grostextes/

 **********************

Le Garage aux poèmes & les rencontres poétiques de l'été

2015 

 

http://www.sudouest.fr/2015/07/30/et-la-poesie-dans-tout-ca-2083398-3390.php
Journal sud ouest du 30/07/2015


   

 

2014

 

2013



 n°44





 













http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-4333711.html#anchorComment
http://nancy.aspect.editions.over-blog.com/article-comme-en-poesie-59449986.html
Rencontres d'été à Hossegor

http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-l-ete-de-la-poesie-a-hossegor-48824120.html


Le festival décOUVRIR 2012
http://www.festivaldecouvrir.com/photos-edition-2013/184-2/


******************
Les RECUEILS








Manuel de survie pour un adulte inadapté
(extrait)
"...Je ne suis ni poète, ni romancier, ni nouvelliste, ni journaliste, je n'ai pas les moyens d'être tout cela, pas même un intellectuel.
Je rends compte, au mot par le mot, même s'il ne sonne pas toujours juste. Je rends compte de tout et de rien. Je tue les mots pour leur faire à nouveau confiance. Situation absurde qui demande un essai baroque, un fouillis inextricable d'où l'on resurgit blessé, amoureux, fou ou magnifié.
Viens, lecteur, lectrice, car tu est aussi inadapté(e) que moi à ce monde qui va trop vite dans son éblouissement, prends ma main à plume et parcourons ensemble ce sentier escarpé..."
(extrait du "Manuel de survie pour un adulte inadapté", éditions Gros Textes)

http://mcdem7.over-blog.com/2014/06/minute-papillon-de-jean-pierre-lesieur.html
Une petite minute



http://revue-texture.fr/spip.php?article621
Belle critique par Lucien Wasselin de "2013, Poésie

http://comme.en.poesie.over-blog.com/2014/04/2013-critique.html


http://www.francopolis.net/rubriques/gueuledemotsLesieur-mars2011.html


Faire surface
http://www.paperblog.fr/1153397/jean-pierre-lesieur/
Les plaquettes - Faire surface
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-19036174.html#anchorComment
Le croqueur
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-18542651.html#anchorComment
De troc en fric
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-16257451.html#anchorComment
OR - Les chemins du fric



http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-24959547.html
L'animal poétique et des réactions
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-23120518.html#anchorComment
beaux beaux beaux ... les poètes 
http://cheminsbattus.wordpress.com/2009/10/31/jean-pierre-lesieur/
L'Animal poétique et ses munitions
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6435557.html#anchorComment
L'animal poétique




http://www.poesie-en-liberte.fr/index.php/anthologie-progressive/129-juilet-aout-2012-jean-pierre-lesieur
Silence


Jean-Pierre Lesieur 07/07/2014 - Quelques commentaires sur Faits divers qui n’avait pas plu aux poètes.

FAITS DIVERS Jean-Pierre Lesieur


Couverture tableau de Flam

(« Archives de la police poétique » Comme en poésie)

76 pages - 8 €

Etrange meli-mélo que nous propose Jean-Pierre Lesieur dans ce livre déroutant ou les images propres a la Poésie sont remplacées par des formules journalistiques II allie, dans une allégresse de tous les instants, le rigoureux discours policier aux méandres de la démarche poétique II en résulte une matière blanchâtre et anonyme qui n'appartient plus tout à fait à la poésie, mais pas non plus aux règlements des Forces de l'ordre. 
Jean-pierre Lesieur - et on le comprend - maître absolu de sa revue « Comme en poésie », seul a la barre, semble grisé par cette notoriété soudaine, ou il use de la surenchère sans garde-fou mais avec la meilleure intention qui soit Son propos devient quelque peu léger lorsqu'il s'agit de marier la chèvre et le chou 
Avec ses diverses approches de la Poésie, Jean-Pierre Lesieur ne nous avait pas habitués à ce genre de gymnastique 
Cela surprend et cela déconcerte

On embarque dans cet univers avec appréhension et l'appréhension subsiste malgré le tableau de couverture de Flam qui semble nous inviter à l'aventure et au mystère, même si l'aventure et le mystère tournent court. 
« Faits Divers » est et restera, me semble-t-il, un objet de curiosité dans l'œuvre de Jean-Pierre Lesieur. Rien de plus, rien de moins. 
Jean Chatard

Jean-Pierre LESIEUR est un grand enfant. Il a eu envie de jouer à un cluedo poétique. Et de créer une énigme, et de suivre une enquête… Polar et justice s’entremêlant comme dans la vraie vie. Il utilise toutes les figures de style à sa disposition : refrains, anaphores, jeux de mots… tout cela en vers, bien entendu, alexandrins entre autres. On trouve quelques réussites (interrogatoire, Boulevard du crime, tout en quadrisyllabes…) mais on est en droit de s’interroger sur l’intérêt poétique de ces textes qui n’en ont que la forme convenue. Ces poèmes policiers se lisent sans difficulté mais coincent dans leurs finalité, on reste dans le fait divers versifié (ou fait diversifié), ce qui n’apporte par grand-chose à la poésie, surtout de la part d’un poète aussi fin et subtil que Jean-Pierre Lesieur, capable du meilleur. 

Jacques MORIN, dans la revue DÉCHARGE 152)

Dans crime, il y a... rime !

Un recueil de poèmes policiers... Vous y croyez, vous ? Moi, lorsque j'ai vu le volume sur le stand de l'auteur, au dernier salon parisien de la revue, honnêtement, je n'y ai pas cru. Mais je me suis quand même laissé tenter car le pari, avouons-le, ne manquait pas de culot : croiser polar et poésie... Et j'ai bien fait car ce petit livre ne manque pas de charme... 
... ni de mérite. Car pour réussir à pondre des poèmes dignes de ce nom sur des thèmes tels que "La Commission rogatoire", "Le Juge d'application des peines" ou "La Médecin légiste" (tellement jolie qu'aucun cadavre ne lui résiste), il faut tout de même posséder un certain talent. Et du talent, Jean-Pierre Lesieur, poète de son état et grand maître organisateur de la revue "Comme en poésie", n'en manque pas. Les envolées poétiques sont au rendez-vous de ces "Archives de la police poétique" (police poétique... bel oxymore, non ?) : "Pour un beau cadavre / C'est un beau cadavre / tous les voisins du quartier / veulent le voir ainsi mort / pour garder le souvenir / de l'homme qu'il ne fut pas." Ou encore : "Personne n'a assisté au crime. / Sauf un couple de bouvreuils / qui couvaient dans les branches / mais comment les faire avouer." 
L'humour est là aussi, omniprésent, à mi-chemin entre Pierre Dac ("Il se fout complètement et occidentalement / De ce cadavre qui le regarde") et Boris Vian ("Le mystère s'épaissit / Il était trop maigre" ou "Il fit appel aux polices de caractères / Pour résoudre l'énigme du roman"). Allez, rajoutez une pincée de Prévert pour faire bonne mesure ("La magistrature assise / La magistrature debout / Se partagent le même siège / Alternativement") et le compte sera bon. 
L'énigme, par contre, apparaît un peu mince. L'auteur n'a de toute évidence pas souhaité s'enfermer dans un scénario parfaitement huilé pour se concentrer plutôt sur la mise en place d'une atmosphère, d'une ambiance générale. Il y a bien un mort, au début, dont on apprend, au détour d'une strophe qu'il était doté d'un "énorme pénis entre l'éléphant et le dromadaire", mais les tenants et les aboutissants de son brutal trépas restent flous. Il y a aussi deux commissaires, qui se succèdent à la tête de l'enquête, quelques suspects et plusieurs coupables potentiels (je ne vous dévoilerai bien sûr pas la fin de l'histoire), mais on ne peut pas à proprement parler d'intrigue car toutes les pièces du puzzle ne sont pas faites pour s'ajuster impeccablement. À tel point que certains poèmes ("Meurtre politique" par exemple) semblent avoir échoué dans ce recueil complètement par hasard. 
On peut juste regretter que Jean-Pierre Lesieur n'ait pas complètement cru lui-même à son projet qu'il semble avoir conçu plus comme une agréable blague que comme une œuvre à proprement parler. Il s'est sans doute bien amusé à écrire son ouvrage (il le reconnaît d'ailleurs dans sa préface) et nous prenons nous aussi du plaisir à le lire, mais l'ensemble aurait gagné à être un peu moins désinvolte, plus travaillé, plus peaufiné. 
Allons, ne boudons pas notre plaisir. La tentative était originale et le résultat parfaitement honorable, c'est l'essentiel. 
Vous pouvez retrouver toutes les chroniques à L'Heure des comptes !

Citation

Pour un beau cadavre / C'est un beau cadavre / tous les voisins du quartier / veulent le voir ainsi mort / pour garder le souvenir / de l'homme qu'il ne fut pas. 
Rédacteur: Stéphane Beau samedi 29 octobre 2011

http://liensutiles.forumactif.com/t21639-poesie-de-jean-pierre-lesieur
Je ne suis pas

http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-26220436.html
Extrait
http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fcomme.en.poesie.over-blog.com%2Farticle-31440736.html&h=GAQF9JuqD
Zébane fanfreluche
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-31440736.html
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-31512813.html
Critiques
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-2360004.html#anchorComment
Extraits 

http://www.lectio-adfinitas.com/spip.php?article169
Le Mangeur de Lune
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-1226786.html#anchorComment

http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-3400213.html#anchorComment
Liban

http://grostextes.over-blog.com/article-jean-pierre-lesieur-portes-ouvertes-ou-61052993.html
Portes ouvertes ... ou rouges
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-portes-ouvertes-ou-rouges-59574244.html
Extraits



http://motamaux.hautetfort.com/archive/2006/08/28/l-o-s-des-lettres-jean-pierre-lesieur.html
L'O.S. des Lettres
http://www.lectio-adfinitas.com/spip.php?article164
L'O.S. des Lettres
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-152371.html
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-1129487.html#anchorComment
Peut-être
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-2865825.html#anchorComment
La foire aux poètes


http://books.google.fr/books?id=HZvxkyzAehkC&pg=PA230&lpg=PA230&dq=JEAN+PIERRE+LESIEUR&source=bl&ots=rK_JASomu1&sig=6r5E0lFD8Br70VcvSBM0btiU9w8&hl=fr&sa=X&ei=qKFaU6qGMOKi0QXSyIHYAg&ved=0CGUQ6AEwBzgo#v=onepage&q=JEAN%20PIERRE%20LESIEUR&f=false
Aphorismes et petits textes
"Bon voyage... Bon voyage
hurlait le train dès qu'il entrait dans un tunnel
aussi noir qu'un mauvais rêve"
© Jean-Pierre Lesieur


http://www.le-capital-des-mots.fr/article-13861339.html
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-12889500.html#anchorComment
L'automanifeste niais

http://poesiedanger.blogspot.fr/2007/11/comme-en-poesie.html
L'O.S. des lettres - L'Animal poétique et ses munitions

http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-1341729.html#anchorComment
Originalité de Comme en poésie: les cartes légendées
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-20889430.html#anchorComment
Quelques cartes
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-cartes-legendees-1-et-2-64979305.html



 **********Jean-Pierre Lesieur en quelques revues**********

Microbe


Cairn
Blanche Guerre
La Feuillue Hivernale


Poèmes corses sur Ce qui reste


Ecce Homo été 2014 sur Revue Cabaret
 
Effarant
Dernier poème à toi Sur Recours au poème




******** L' ANNEE POETIQUE 2014 ********



http://www.entrevues.org/

 





(Montmeyan avec Christophe Forgeot - photo Eric Dubois)





***


11/15 juin 2014 Paris - stand 700/701 Comme en poésie
http://nancy.aspect.editions.over-blog.com/2014/06/visite-au-marche-de-la-poesie-2014.html


*****************************
Liens vers quelques  POEMES

Le Corps n'oublie rien
Blanche Guerre

Sur le blog de Comme en Poésie: 
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-je-ne-suis-pas-39066024.html
Je ne suis pas
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-j-ecris-37939957.html
J'écris
Le poète d'aujourd'hui
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-5290054.html#anchorComment
Non les poètes!
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6398550.html#anchorComment
Les amis du poète
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6255231.html#anchorComment
Ali poète et les quarante valeurs
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6241241.html#anchorComment
La pitance du poète
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6055398.html#anchorComment
La muse du poète
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-5917099.html#anchorComment
Les outils du poète
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-5811494.html#anchorComment
Longtemps l'homme

http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-5736194.html#anchorComment
Le poète de demain
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-5642441.html#anchorComment
14/02/2007 La poésie
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6977932.html#anchorComment
Le poème
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6873085.html#anchorComment
La mort du poète
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6852395.html#anchorComment
Les cicatrices du poète
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6808630.html#anchorComment
Le sang du poète
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6683875.html#anchorComment
les mains du poète
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6543843.html#anchorComment
Les enfants du poète
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-15871651.html#anchorComment
tu vis survis et meurt peut -être mon frère de joug dans les lettres
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-6772435.html#anchorComment
Histoires de nain porte quoi
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-13628254.html#anchorComment
Deux jours à Paris 07
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-11837163.html#anchorComment
ou trois 07
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-16701276.html#anchorComment
L'amour fin
http://comme.en.poesie.over-blog.com/le-fil-des-mots
Les poètes au théâtre

Mon choix de textes

Le beau monde

Je ferai un beau poème
Un jour,
Tu sais!

Un poème
Où chantera le bonheur des hommes, la joie de vivre des hommes,
Sans oublier les dames
Où la musique sera une belle apocalypse de mots avec tous les mètres
nécessaires à la rime d'antan
Un jour,
Tu sais
Je ferai un beau poème.

Il caressera l'espoir de la chute des bornes
L'envoûtement de l'horizon des hanches
L'apaisant triomphe d'une herbe
Le sel vierge de ton regard
L'effarement de ton absence
La source velléitaire
L'amour
Un jour,
Tu sais!

Mais pour l'heure

Dans les miasmes récidivistes de la déflagration
Au milieu des soleils privés de soutien-gorge
Sous les cimaises obscures des marchands d'illusions
Aux aguets d'explosion de la moindre étincelle

JE GUEULE


© Jean-Pierre LESIEUR (L'O.S. des Lettres)

Le rossignol

J'écris:
Un rossignol sur une branche et j'attends
Qu' il s'envole.

Comme tous ceux qui n'ont pas d'ailes
J'agite les bras
En pure perte.
Je ne suis pas un rossignol.
Mon cri est rauque dans les nuits de béton
Mes pas sont lourds
Un attrape-poète
M'a vendu des brodequins de plomb
Alors je marche
Le destin m'incruste des ampoules de gravier que je rends plus vives au torrent des oiseaux
Mes chemins évaluent la pente d'un ruisseau
Et la vitesse de l'eau
Braque dans ma mémoire sa formule de lettres.
Mais
me direz-vous le rossignol?
Il vole de chêne en chêne
À la recherche
À la recherche
Mais ce vagabond?
Il marche
De porte en porte à la recherche à la recherche
De tout ce qu' il croyait devenir
Devenir de son cœur
Devenir de son rire
Il marche
Ivre de rage
Avec un grand sac à rossignols
Derrière son dos

© Jean-Pierre LESIEUR (L'O.S. des Lettres)


JAMAIS

Retirez ces portes barrières aux haras de mes chevaux
Ouvrez les portes des prisons
Elles n'enfermeront jamais mes mots
Dans le mutisme.
JAMAIS

Les choucas cloués sur des planches de chênes
N'empêcheront mes crayons d'ensemencer les rythmes.
JAMAIS
Cuex qui mangent tranquillement leurs quignons de violence
N'enfermeront mes mots dans leurs cages boulangères
Leurs geôles sans sève et la trame des murs clos
Qui laissent percevoir les rustines du noir.
JAMAIS
La tenaille ghetto de leurs crimes politiques
Et quelque soit la rive où ils font mine de marcher
N'aura assez d'acier 
Assez d'acier
Pour damner mes poignets au veuvage des chaînes.

Il faudra donc me tuer
Pour tenir mon silence
Définitivement acquis
Et encore

Sans jamais être
Tout à fait sûr
Que rien ne survivra"

© Jean-Pierre LESIEUR (Portes Ouvertes... ou Rouges)


Le droit poème

Un poème bien droit
(pour rien, pour toi)
pas ventru,
pas Ventripotent,
pas verjus,
sans accent de métal aux articulations
à troquer tout benoîtement contre
un sourire plein confort en 27 muscles.


Un poème sans prix
au dos du catalogue
et sans fusil sur la page
de garde
à consommer selon la recette ancestrale

Un poème qui gueule
et rompt le rythme déodorisé
du toujours la même chose à faire.

Enfant terrible qui fait peur
sa jeunesse EFFRAYANTE
avec tout ce souffle
qui vous mettrait sur cul
d'un dixième de pichenette
entre les dents
pour vous faire hurler
qu'il n'y a pas là de
POÉSIE
Comme si vous saviez plus que moi
dessiner la poésie
de quels vents elle se coiffe et sur quels
moulins de papier quadrillé elle souffle
PLUS FORT.

Un POÈME bien droit
(pour rien, pour moi)
que j'écris en calculant
ce que la ligne va me
COUTER
de sueur,
           d'heures et de fiches de paie
gagnées à éduquer nationalement
une génération qui se foutra pas mal
plus tard
devant les Godin sans rationnement
des veillées de l'atome
d'un POÈME bien droit
et pour RIEN.
 
(Version Pilon)

© Jean-Pierre LESIEUR
*********

Quelques Éditos 


Editorial n°25 
 http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-2260518.html#anchorComment
 ÉDITORIAL  Jean-Pierre Lesieur


Est-ce qu’on peut agir en poète? Est-ce qu’on peut devenir un poète d’action? Pourquoi le poète serait-il un homme, ou une femme, différents des autres hommes et femmes? Est-ce que je vous en pose des questions, moi? Il doit bien y avoir la même répartition entre intelligence et connerie chez les poètes que dans une rame de métro bondée à 6 heures du soir. Vivre en poète c’est aussi écrire de la poésie. Ah bon on peut vivre en poète sans rien écrire. Je le crois aussi. Mais alors comment le prouver, s’il le faut. Pas facile. Il n’y a pas de comportement type, sauf peut être dans la conscience collective quand elle énonce, un vrai poète ou quand un chroniqueur sportif dit pour un joueur particulièrement agressif « c’est pas un poète ». De la douceur, de la tolérance caractériseraient donc notre poète. Bon je prends. Pourtant un mec irascible ou sous influence qui tire un coup de pistolet sur un autre ne pourrait pas être poète et du meilleur tonneau, si j’ose dire? C’est que, bon revoyez ma rame à six heures du soir un peu plus haut. C’est que ce n’est pas facile de distinguer dans la foule... le poète.

Je me suis fait allumer par mes pairs, enfin mon père spirituel, pour la compréhension du poème. J’entendais l’autre jour une émission de radio où un reporter de Libé, Mordillat, disait que la littérature c’était bon de ne pas la comprendre tout de suite, que la littérature demandait un effort. Qu’il n’avait pas tout de suite compris Ulysse de Joyce, qu’il s’était d’abord attaqué aux dialogues et que ce fut Michel Butor qui lui en révéla toutes les arcanes et qu’ensuite ce roman devint pour lui lumineux. Je bats ma coulpe, sauf à dire pour moi, avec les surréalistes; que la poésie que j’aime ce n’est pas de la littérature. C’est autre chose. Un instant de vie poétique comme les instants en parallèles qu’Alain Frontier notait au jour le jour, à l’heure, l’heure, de sa compagne Marie-Hélène alors qu’elle le photographiait et dont il vient de tirer un bouquin de 412 pages, Portrait d’une dame aux éditions Al Dante. Des phrases sublimes, des phrases banales, dont le chroniqueur de Aujourd’hui poème dit que ce n’est pas de la poésie au sens ou on l’entend. Et oui il y a aussi de la poésie qui n’est pas au sens où on l’entend.

En parlant de ce mensuel de poésie, le seul un peu consistant à ma connaissance, j’aimerai bien qu’il cause de ma revue pour que ses lecteurs sachent que dans mon petit coin de sud ouest il y a aussi de la poésie et un poète qui campe prés d’un lac avec une revue dans les bras.

Et je terminerai sur un vœu que tous les intégristes de quoi et de qui que ce soit nous fichent  la paix et nous laissent vivre en poète ou non, en religieux ou non, en athée ou en agnostique comme bon nous semble et nous les laisserons également vivre en paix avec leur conscience.Et vive le droit à la caricature de tous les dieux de la terre et d’ailleurs.


ÉDITORIAL J.P Lesieur  n°27 

            Il n’y a aucune fatalité à écrire de la poésie. Il n’y a aucune fatalité à vivre en poète et à vivre sa poésie. Il y a seulement un énorme plaisir intellectuel qui ne débouche pas forcément sur une ascèse de vie particulière.

              Fabriquer une revue et je l’entends au sens de tout faire soi même conception, choix des textes, maquette, impression, assemblage, diffusion, expédition, représente une somme de travail qui  procure aussi une position particulière en regard de l’écriture. Je vis cela depuis 27 numéros et je n’en suis pas encore las. J’y ai appris l’humilité de la chose écrite et sa relative inimportance si je peux me permettre ce néologisme. J’y ai appris l’humilité de celui qui agit et fait de ces propres mains. J’y ai développé mon humilité d’homme. Ce qui vous en conviendrait n’est pas une mince affaire.

Le « faire », comme je l’entends, pour un poète le ramène dans la cité et lui rend une position d’acteur qu’il a tendance à déserter du fait d’une certaine marginalité qui lui est assignée par la société civile. Et je suis persuadé que cela a une influence sur sa manière d’appréhender et diffuser ce qu’il écrit.

Le « faire » le met au rang de l’artisan de bonne facture et en prenant en main les moyens de reproduction de sa production poétique lui assure une autonomie qui  passe par aucun de ces cribles qui souvent lui ôtent le droit de paraître et par voie de conséquence de faire paraître.

Le « faire » ouvre en quelque sorte la porte de la générosité envers ses condisciples que bien souvent il publie pour le plaisir de les publier et ainsi leur faire l’avance d’une aide de la fraternité poétique et leur tendre une main amicale par delà les mots.

Je  me rends,  de plus en plus compte, qu’il existe dans cette société hyper friquée une difficulté inhérente au trop plein qui gagne les lettres il y a embouteillage de l’offre d’écriture avec un lectorat qui stagne voir diminue. Je parle bien sûr de la poésie, phénomène accru par Internet qui permet à n’importe qui de mettre n’importe quoi et de le baptiser poème. Est-ce un mal? Je me garderai bien de me prononcer tant que le monde poétique sera aussi divisé sur ce qu’il convient d’appeler poésie. Laissons faire,  la postérité et le hasard finiront bien par se rencontrer.

J’étais dans un salon du livre, à Hossegor, mais oui dans une aussi petite commune on fait chaque année un salon, et j’ai vu défiler devant mon stand des centaines de gens qui allaient assister aux conférences de : Chancel, Picouli, Hondelatte, Levaï, etc. remarquez pas un poète dans le nombre. Le seul de mes livres qui accrocha quelques regards et quelques doigts fut celui dont la couverture était en couleur avec un titre alléchant : Mon papa m’a dit... Les gens sont bien conditionnés par l’emballage si cher à la pub. Et ils repassaient avec sous le bras le livre dédicacé de celui qui venait de parler. Plus de sous pour ma poésie.

Edito 30 Nul n'est prophète ...

http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-17405934.html#anchorComment
Edito 33
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-29488811.html
Edito 37
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-31519100.html#anchorComment
Edito 38
http://comme.en.poesie.over-blog.com/article-parution-de-comme-en-poesie-45-68742445.html
Edito 45









Petit Plus La suite 



Articles les plus consultés

Alain Bosquet 1919 1998

Ce qu'il faut - Supervielle

Neruda Ode à un albatros voyageur

Henri Pichette 1924 - 2000

Anna de Noailles 1876 1933

Toussaint - Verlaine

Parce que ~ Gabrielle Burel