Articles

Nouvel article

Eternité ~ Gabrielle Burel

Image
Retraite
Soudain l’espaceS’est élargiA pris placeDans toute sa vieL'éternité commence
Prendre le temps de tout voir
Le temps se mesureA l’aune de son pasLes liens se défontLégers et souriantsLes routines se veulent douces       Et les promesses claires
FaitA faireOu sans intérêtLes choix se posentAttentifs au frissonQui parcourt l’échine
Soudain l’espaceA envahi sa vieIl respire Allégé d’un poidsLes consignes s’envolentUne joie nouvelle l’habiteL’éternité c’est maintenant
Gabrielle BUREL
22/06/17




Merci :)

Image
Anniversaire au bureau ! Que de gentilles attentions ! Merci de tout coeur pour cette incitation à écrire encore :)


Le treize juin

Image
LE TREIZE JUIN DE GABRIELLE

Tu vois chère amie
Si ce treize de juin
Je viens te porter mes bons vœux
C'est que j'irai toujours
Mon chemin sur la terre
J'espère être là bien sûr
Et songer demain
Que ce temps difficile
N'était que gravier douloureux
Dans ma chaussure...

Le mal même
N'épargne pas les poètes
Eux qui semèrent
Tant de mots tendres
Dans la vie des autres
Comme des petites lampes douces
Posées sur la table des nuits
J'espère encore souffler les bougies

Ainsi chère Gabrielle
J'espère être là
En tes jours de fête
Puis te l'écrire
Tellement mes jours inquiets
Ont tari
L'encre des matins

Yann Erwan Paveg
24/05/2017

Mots ~ Gabrielle Burel

Image
Emprisonnées sur l'étagère
Écrasées dans leur reliure
Grise mine sous la poussière
Les pages jaunissent dans l'ombre

Un piano sous la fenêtre
Voix désaccordée
Fait voler les rais dorés
À travers les persiennes

Les partitions empilées
Bruissent sur la table
Un fauteuil fané
Grince et craque

Un pétale se détache
Du bouquet oublié
Tombe et chante
Sur une coupe en cristal

Les napperons se soulèvent
Dans ce soupir d'antan
Qui court les tentures
Un plaid glisse du sofa

La brise s'engouffre
Dans l'âtre éteint
Bouscule en sifflant
Les ustensiles du serviteur

Les souris inquiètes
Quittent la maison désertée
Le calme revient dans la pièce
Les mots sont encore sauvés

Gabrielle Burel
07/06/17






http://www.lavenir.net/cnt/dmf20170618_01019919/une-bibliotheque-du-18e-siecle-decouverte-intacte-a-bouillon

Le matin ~ Gabrielle Burel

Droit devant la fenêtre
Le regard au bord d'un songe
La main gauche dans sa poche
Une tasse à main droite
Il observe le ciel
Écoute un chant d'oiseau
Puis il finit son café refroidi
Prend sa casquette
Et s'en va à travers bois
Par tous les tempsGabrielle Burel
07/06/17

Parole ~ Gabrielle Burel

Furtive
Fugitive
La parole se refuse
À finir sur papier
Lourd de silence Furtive
Fugitive
La parole se veut rare
Sans entrave de marge
Ni reliure Furtive
Fugitive
La parole se fait folle
Tourbillon d'esprit
Sans conséquence Furtive
Fugitive
La parole s'envole Gabrielle Burel
07/06/17

100 000

100 000 visites
Merci :)

Santons ~ Le bureau

Image
ADC RH
Trois petits tours ...



Anise Koltz

Marcher
Sans rien atteindre
jusqu'à devenir chemin Anise Koltz

Les Contes de Basse-cour sur Mer

Fido Fido ! Fido !
Où est-il encore passé ?
Ah le voilà ?
Non c'est Achille...
Va chercher Fido
Ah Fido ! Au pied !Et le chien penaud
Accourt
Poussé par Achille
Le mouton …………Les Pipelettes Les Pipelettes
Coquettes
Caquettent
La plume ébouriffée
Interloquées
Qui a volé leurs oeufs !
Où pondre encore ?
Certainement pas
Dans ce poulailler
Si douillet
Vite dans le fossé
À la dure
En liberté !
Les Pipelettes
Coquettes
Caquettent
On ne prendra plus leurs oeufsGabrielle Burel
Extraits de Les contes de Basse-cour sur Mer

Marc-Edouard NABE

Image

Ma honte...

" Ma honte croît avec le temps
Lorsque je vois en ces jours blêmes
Appeler chant
Un mal suprême.
Ce tapage dont on farcit
La tête quand tout un pays
Vomit les livres et se jette
Sur pique et baïonnette,
Tout ce tapage, est-il décent
De l'appeler un chant ? "Boris Pasternak in Haute Maladie

De la pluie ~ Gabrielle Burel

:)  A Cl

De la pluie

Ce besoin
Irrépressible
A cloche-pied
Dans le chemin boueux
De sauter dans les flaques
Comme avant
Comme enfant
Rêver de marcher sur l'eau
Et toucher le fond

Gabrielle Burel
26/04/2017
























































































































Avril ~ Gabrielle Burel

AvrilUn fil suffit
Rouge-gorge
Gorge blanche
Un fil en moins
Avril frileux Gabrielle Burel
25/04/17

Nuits partagées ~ Paul Eluard

" On transforme sa main en la mettant dans une autre "Nuits partagées - PoémePoéme / Poémes d'Paul EluardAu terme d'un long voyage, je revois toujours ce corridor, cette taupe, cette ombre chaude à qui l'écume de mer prescrit des courants d'air purs comme de tout petits enfants, je revois toujours la chambre où je venais rompre avec toi le pain de nos désirs, je revois toujours ta pâleur dévêtue qui, le matin, fait corps avec les étoiles qui disparaissent. Je sais que je vais encore fermer les yeux pour retrouver les couleurs et les formes conventionnelles qui me permettent de t'aborder. Quand je les rouvrirai, ce sera pour chercher dans un coin de la pièce l'ombrelle corruptible à manche de pioche qui me fait redouter le beau temps, le soleil, la vie, car je ne t'aime plus au grand jour, car je regrette le temps où j'étais parti à ta découverte et le temps aussi où j'étais aveugle et muet devant l'univers incompréhensible et le systèm…